Produire et financer des logements à Bruxelles

Pour l’ARAU, le logement, parce qu’il est la condition première qui permet d’habiter la ville, d’y avoir ses habitudes, a toujours été l’enjeu prioritaire de l’aménagement du territoire urbain, à la fois dans sa réflexion et dans ses actions.

C’est un truisme que de dire que le logement est la fonction essentielle de la ville et par conséquent, celle dont toutes les autres fonctions doivent dépendre. Mais parler de la fonction logement ne permet pas d’appréhender correctement la problématique sous son aspect social. Quiconque est attentif à l’évolution de la construction peut constater un regain remarquable, depuis deux à trois ans, du nombre de chantiers de nouveaux logements, tant dans le centre ville que dans la périphérie. Mais ce renversement de tendance, s’il est significatif d’un nouvel intérêt de la promotion immobilière pour un secteur qu’elle avait déserté à la fin des années septante, indique plus la réactivité conjoncturelle de ce secteur, soucieux d’écrémer la demande solvable du marché, qu’une préoccupation sociale. La crise du logement ne frappe pas indifféremment la population et la simple défense de la fonction logement ne suffit plus à rencontrer les besoins essentiels d’une population dont le niveau de vie, à Bruxelles, baisse, alors que le coût du logement lui, augmente.

Épuisé