Patrimoine — Publié le December 20, 2011

L’ARAU pour la gratuité mensuelle du 1er dimanche du mois

Quelle est la place du musée dans la société ? Michel Draguet, conservateur des Musées royaux des Beaux-Arts, répondait ainsi en 2005 à la question « Quelle est votre vision du musée »:  « Il faut montrer qu’il appartient au public. Il ne doit pas être un lieu d’exclusion (...) [le musée] peut tirer les gens vers le haut. Je suis issu d’un milieu modeste et le musée a été pour moi, une perspective, un point de fuite, un lieu où on peut se découvrir (...). Les gens ne doivent pas avoir peur de la culture, le musée peut leur dire : prenez, pillez, ces richesses sont pour vous. »

Comment mettre en œuvre ce programme humaniste ? Le 29 septembre 2011 l’avant-projet de décret pour la gratuité des musées chaque 1er dimanche du mois a été approuvé par la Fédération Wallonie-Bruxelles (application en 2013).   49 musées l’ont déjà instaurée d’initiative. L’organisation Consoloisirs promeut et revendique cette gratuité  depuis une dizaine d’années et elle devient enfin officiellement une condition de reconnaissance des musées en Wallonie et à Bruxelles.

Cependant :

  • Les musées fédéraux ne veulent pas adhérer à cette politique de gratuité pourtant dite «rare » (car mensuelle). Ils n’appliquent que la gratuité du 1er mercredi (après-midi) et la médiatise très peu.
  • Il est indispensable de veiller à la bonne publicité de cette gratuité lorsqu’elle est appliquée, par les institutions-mêmes, si l’on souhaite qu’elle ait un réel impact et qu’elle permette de faire resurgir de manière tangible un nouvel intérêt pour les musées.
  • La gratuité ne doit pas être une mesure isolée mais doit faire partie d’une vision globale et de long terme sur la politique muséale et sur l’accessibilité culturelle en général,  intimement liée à l’investissement dans les matières scolaires.


Dans cette approche de la politique muséale, l’ARAU souhaite mettre en avant les atouts d’une gratuité mensuelle, en ce qu’elle constitue une pièce importante de la démocratisation culturelle (vérifiée tant au niveau historique que dans toutes les récentes études sociologiques et statistiques sur le sujet).

Pour freiner le merchandising culturel qui se développe dans les musées, il apparaît  utile de rappeler les missions originelles des institutions publiques muséales, trop peu soutenues par le politique, et de mettre en exergue les résultats de ces récentes études sur la gratuité des musées, trop peu médiatisées.  

Par ailleurs, dans un contexte d’annonces de nouveaux projets muséaux pour Bruxelles, la nécessité d’un débat de fond sur le rôle des musées se fait sentir !

 

  1. La conception du musée et de son public
    1. Sacré, profane, public, commercial? L’évolution du rôle de l’espace muséal dans la société belge
    2. L’importance de la médiation : place du public et des usagers
    3. Le double investissement indispensable des pouvoirs publics

       

  2. La gratuité du 1er dimanche de chaque mois : pour quoi, pour qui?
    1. Résultats d’études récentes sur la gratuité : un effet de levier attesté !
    2. La diversification du public n’est donc pas une hypothèse instrumentalisée mais un réel enjeu !
    3. La gratuité doit réellement toucher les médias... et le politique