Espace Public — Publié le September 6, 2013

Rue Fossé aux Loups : La Ville travaille sans permis

Vous pensiez que les chancres avaient, à Bruxelles, une longévité inaliénable, que les terrains vagues pouvaient le rester très longtemps, que les contraintes urbanistiques étaient, pour tous, inextricables (il n’y a plus moyen pour un honnête propriétaire de rien entreprendre), que l’immobilisme des pouvoirs publics, en premier lieux desquels une Ville de Bruxelles,
sclérosée, étaient ataviques ?

Eh bien, détrompez-vous ! Un exemple édifiant, une performance, vient contredire cet amas de préjugés et d’iniques procès d’intention.
En quatre jours ouvrables, les travaux ayant commencé le vendredi 30 août, les escouades de choc de la Ville de Bruxelles, troupes d’élite et pelleteuses vertes frappées du vaillant Saint-Michel rouge en tête, ont mis fin à un chancre qui défigurait le coeur de la ville depuis plus de 20 ans. La Ville a démonté les palissades qui clôturaient, conformément à la législation, le terrain vague appartenant à la Communauté flamande, situé à l’angle des rues Léopold et Fossé aux Loups et s’est attaquée avec la plus grande des célérités à son aménagement.