2002

La ville et l’école

En une bonne trentaine d’années de recherche et d’action sur la ville, l’ARAU a balayé un champ très vaste de sujets intimement liés au devenir de la ville, de l’aménagement du territoire à la politique du logement en passant par l’économie urbaine, la participation des habitants, la planification urbaine, les institutions qui gouvernent la ville, la mobilité, etc. Certains de ces sujets ont même été approfondis à plusieurs reprises au cours de plusieurs Écoles urbaines.

Pourtant, jamais l’école, dont la présence en ville est cependant importante, tant par le nombre d’établissements scolaires qui y sont implantés que par le nombre de jeunes qui les fréquentent et d’enseignants qui y pratiquent leur art, n’avait fait l’objet d’une réflexion particulière.

L’École urbaine 2002 tente donc une approche urbaine de l’Institution scolaire à partir d’un certain nombre de questions sur la relation sociale et culturelle qu’entretient l’école avec la ville : dans la ville mixte, l’école ne pratique-t-elle pas une véritable politique de sélection et d’apartheid qui culmine, à Bruxelles, dans le concept d’école européenne ? Comment les principes d’égalité des chances qui ont fondé l’école publique peuvent-ils s’accommoder de cette politique aristocratique (au sens étymologique du terme) ? Pourquoi les pouvoirs organisateurs acceptent-ils, quand ils n’en sont pas les instigateurs, cette politique de ségrégation et de privilèges qui ne dit pas son nom ? Comment éviter que se développent, dans la ville, des ghettos scolaires ? L’établissement d’un cadastre des écoles dans la ville ne permettrait-il pas de révéler cette réalité inégalitaire ? Sans qu’elle soit obligatoire, la proximité des enseignants par rapport au milieu de vie des élèves n’est-elle pas une manière d’ancrer la relation pédagogique dans la réalité sociale ou au contraire une manière d’enfermement dans l’univers restreint d’un « multiculturalisme qui risque d’emprisonner les individus dans leurs groupes d’appartenance respectifs » ? Comment l’école peut-elle former à la prise de parole, au débat, à la confrontation des idées, à l’esprit critique, à la citoyenneté ? Comment reconstruire la ville et quelle ville reconstruire pour permettre aux générations futures d’accéder à l’urbanité et à une citoyenneté responsable ?

L’École urbaine est pour l’ARAU une occasion de formation et de réflexion. Face aux menaces du marché et à l’apparition de l’école virtuelle, cette 33e École urbaine propose de mener la réflexion sur la nécessité de promouvoir la souveraineté citoyenne par l’école.

Prix : 8€

Se procurer nos publications?

Les contributions imprimées que l'ARAU apporte à la promotion d’une ville habitée et solidaire sont disponibles en nos bureaux :
Boulevard Adolphe Max, 55
1000 Bruxelles
ou par envoi (+ frais de port), payement préalable au compte de l’ARAU : BE45 3100 4806 3889