Espace Public — Publié le 1 mars 2016

Non, le piétonnier n’attire pas plus de piétons

Contrairement à ce qu’affirme le bourgmestre de la Ville de Bruxelles qui annonce une multiplication par 2,5 de la fréquentation

Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Yvan Mayeur, dressait hier un bilan « très positif » de la phase test du piétonnier des boulevards du centre. Au titre de ses satisfactions, le bourgmestre annonce une multiplication par 2,5 de la fréquentation piétonne sur le boulevard Anspach ; on peut ainsi lire dans toute la presse, qui cite une dépêche de l’agence Belga, que « La fréquentation piétonne sur le boulevard Anspach a été multipliée par 2,5, passant de 10.000 à 14.000 passants par jour en 2014 à 27.000 à 38.000 en août et septembre 2015. » Yvan Mayeur précise, dans une interview accordée à La Première, que ces chiffres, fournis par Atrium, démontrent un report modal de l’automobile vers le mode « marche ». Voilà une belle réussite !

Petit problème, ces chiffres ne sont pas ceux qui ont été relevés par Atrium !

Les comptages de flux piétons ont été effectués sur quatre « points de comptage », représentés par quatre barres. Ces quatre « points de comptage » sont, de gauche à droite : la rue Neuve, le boulevard Anspach (au niveau des numéros 41-48), le boulevard Anspach (au niveau des numéros 101-110) et le boulevard Lemonnier (au niveau des numéros 10-41). Les barres bleues représentent la situation « avant piétonnier » tandis que les barres oranges représentent la situation « après la piétonnisation ».

Que constate-t-on au niveau de la fréquentation piétonne ?

  • les flux sur le boulevard Anspach (les deux barres du milieu) sont relativement stables entre 2010 et 2014, avant la mise en place du piétonnier ;
  • les mois de septembre et octobre 2015 voient une fréquentation à peu près dans la moyenne de la période « avant piétonnier », avec un mois de septembre 2015 qui enregistre une fréquentation inférieure à celles des mois de septembre « avant piétonnier » !
  • le mois d’août 2015 voit une augmentation du flux sur le boulevard Anspach par rapport à la moyenne de la période « avant piétonnier », passant d’environ 30.000 à près de 38.000 pour la partie la plus fréquentée, ce qui représente une augmentation de 37,5%, très loin des 150% annoncés par Yvan Mayeur !

Ces résultats ont été clairement mis en évidence par Atrium dans une présentation des premiers enseignements de la zone piétonne en octobre 2015. Dans ce document, on peut prendre connaissance de l’extrême volatilité de la fréquentation du piétonnier : « Depuis la mise en test du piétonnier, on observe une volatilité généralisée des flux de piétons sur le Boulevard Anspach. D’un mois à l’autre, la fréquentation quotidienne peut différer d’environ 10.000 piétons. C’est le cas pour le point de comptage situé aux n°41/47 du Boulevard Anspach (à hauteur du Brico) qui voit ses flux passer de 37.990 piétons quotidiens en août 2015 à 26.930 en septembre 2015 (-11.060) avant de revenir à une moyenne de 31.979 en octobre 2015 (+5.049). »

Comment le bourgmestre de la Ville de Bruxelles peut-il communiquer une augmentation de 150% de la fréquentation piétonne des boulevards alors qu’on a observé, au mieux, une stagnation ? S’agit-il d’une lecture trop rapide ou d’une référence à une autre source (non publiée) ? Dans les deux cas, c’est inquiétant et on peut se demander si les autres annonces, concernant notamment la qualité de l’air et les flux automobiles, reposent elles aussi sur une telle distorsion de la réalité…