Projets de ville — Publié le 12 mars 2018

Congrès annuel du réseau européen "Vivre la Ville!" 23-25 mars 2018

L'ARAU a le plaisir d'accueillir le 4e congrès annuel du réseau européen "Vivre la Ville!/Living the City!" le weekend du 23-25 mars 2018 dans le cadre de sa 49e école urbaine sur le Bruit de la ville. Tout comité de quartier intéressé par cette problématique est le bienvenu !

Programme du congrès

>>Inscriptions obligatoires


Le Réseau Européen « Vivre la Ville ! » (REVV)

Le réseau "Vivre la Ville ! / Living the city !" n'est pas une association mais un collectif d'associations qui fonctionne en réseau. Sa mission est de préserver et promouvoir le droit de vivre en ville, d'y dormir la nuit et d'y circuler sans entrave sur l’espace public le jour. Le REVV regroupe :

  • six associations nationales ;
  • une vingtaine d'associations en régions ;
  • une association dans les DOM-TOM ;
  • une trentaine d'associations parisiennes dans 19 arrondissements de Paris ;
  • une soixantaine d'associations européennes dans 7 pays
  • dont, pour la Belgique,  l’ARAU, IEB et le Comité de quartier Saint Géry.


Le congrès REVV 2018 : les citoyens européens se mobilisent pour la qualité de vie dans les centres-villes !

Les nuisances sonores constituent l’une des principales atteintes à la qualité de vie et à la santé des habitants des villes. Les politiques publiques relatives à la lutte contre le trafic routier en tiennent compte. Cependant, une source de nuisances grandissante reste complètement marginalisée par les programmes politiques : la pollution sonore nocturne qui affecte les habitants des quartiers touristiques et « festifs ».

Trop d’élus et d’administrations ne prennent pas au sérieux le fait que les conditions de repos des citoyens sont perturbées et leur santé gravement fragilisée en raison d’une densité importante de bars dans leur quartier ou à cause d’activités touristiques ou événementielles. Si la consommation nocive d’alcool prétend être quelque peu traitée, les tapages et l’accaparement privatif de l’espace public pour boire, déposer des déjections ou se livrer à des dégradations sont, eux, considérés comme anodins. Leurs répercussions budgétaires sur les finances publiques sont glissées sous le tapis.

Pire, de façon sidérante, différentes villes d’Europe se structurent afin de promouvoir un nouveau dogme : celui d’une ville en action 24h/24, fondé sur une prétendue équivalence du jour et de la nuit, évidemment contredite par toutes les données médicales sérieuses, mais fortement soutenue par l’industrie de la nuit dont le lobby est puissant.

L’aveuglement des politiques publiques, en Belgique comme dans la plupart des États européens, inquiète un nombre grandissant de citoyens représentés par des associations d’habitants de mieux en mieux coordonnées entre elles, car réunies au sein du Réseau Européen « Vivre la Ville ! ».

Certes, la ville doit être animée, mais elle doit rester habitable. Le 4e congrès du Réseau Européen "Vivre la Ville !" se tient à Bruxelles du 23 au 25 mars 2018 pour renforcer ce plaidoyer.