Catégorie: Espace Public

Les pavés bruxellois (25 juin 2010)

Analyse de l'ARAU sur le phénomène de la disparition d'un patrimoine urbain à partir d'un courrier à l'UNESCO. L'ARAU estime que les pouvoirs publics peuvent décider, au terme d'un débat public, de proposer une approche cohérente d'aménagement en fonction du contexte urbain et des usages mais qu'en aucun cas l'aménagement des espaces publics ne doit être dicté par des intérêts particuliers.

Places des Martyrs : le martyre continue... (17 juin 2010)

A la fin des années 80, un promoteur, DEKA, rachète entre autres les quatre immeubles situés place des Martyrs, 1-4 – puis l'angle rue Saint-Michel, 41, avec l'intention d'y aménager un hôtel. Les façades et les toitures sont classées (depuis 1963), les contraintes patrimoniales sont connues. C'est même une des motivations du promoteur : tirer parti de la plus-value patrimoniale de cet écrin d'exception afin de promouvoir un h...

Le Gouvernement bruxellois décide une nouvelle pénétrante entrante sous l'avenue de Cortenberg (3 juin 2010)

La Région désavoue le volet "Mobilité" du projet de l'Atelier de Portzamparc qui propose de resserrer les boulons à l'entrée de la Région et de mettre en oeuvre les -20% de pression automobile sur Bruxelles préconisés par les plans. Loin d'avoir donné ce type d'objectif à l'étude de mobilité menée par Beliris, la Région lui a assigné comme objectif de faire disparaître d'un coup deba...

Le Mont des Arts, le Coudenberg et rue Villa Hermosa, vitrine culturelle et habitée de Bruxelles (11 mai 2010)

Arpenté quotidiennement par les habitants et travailleurs du quartier, les ambassadeurs, le ministre-président de la Région bruxelloise et les nuées de touristes, l’espace public se doit d’être à la hauteur de son statut et de ses hôtes. Dans les textes, c’est certainement le cas. Mais qu’en est-il dans les faits ? L’ARAU et le Comité d’habitants Coudenberg-Villa Hermosa-Régent ont fait un relev&e...

Schéma directeur Delta : halte à la pollution de l'air! (9 février 2010)

La Commission européenne ne peut justifier la pénétration d'une autoroute dans le tissu urbain L’ARAU a analysé le schéma directeur Delta qui stagne discrètement sur la table du Gouvernement régional depuis juillet 2009.Les options de base de ce document, si elles sont « ambitieuses» à premières vues, constituent une menace pour la qualité de vie : prolongation de l’autoroute de pénétr...

Plaisirs d'hiver dans un décor en ruine ! (4 décembre 2009)

Il existe des immeubles laissés à l’état d’abandon qui ne font plus guère parler d’eux, faute d’actualité, mais qui continuent à se dégrader malgré la protection patrimoniale dont ils bénéficient. Le 62 quai aux Briques est de ceux-là bien qu’il s’inscrive, en toile de fond, des « Plaisirs d’hiver » auquel il offre le triste décor de la bruxellisation toujo...

La Ville de Bruxelles veut-elle désertifier le Pentagone ? (7 septembre 2009)

Le Brussels Summer Festival s’est déroulé du vendredi 14 août au dimanche 23 août dans le quartier Royal (place du Musée, place des Palais et parc de Bruxelles). Ce festival dont 22.000 pass ont été vendus, en est à sa huitième édition et pour la première fois, s’est déroulé essentiellement dans ce quartier.L’objectif de la Ville de Bruxelles, initiatrice de l’événeme...

Pics d’ozone : Ă©vitez les efforts violents, ne sortez pas la voiture du garage (19 aoĂ»t 2009)

Par ces temps de pics d’ozone, l’ARAU, comme de nombreux citoyens, s’étonne d’entendreles médias insister sur la recommandation faite aux personnes sensiblesde rester chez elles, de 12h00 à 22h00, et d’éviter les efforts violents.Quelle est donc cette société qui enferme les victimes et encourage l’impunité des coupables ? La voiture fait-elle à ce point partie du prêt-à-penser ?

Ceci n'est pas un site classé. Stop au Magritte-Marketing contre le patrimoine. (28 mai 2009)

Personne ne peut échapper pour le moment au rouleau compresseur du Magrittemarketing mis en oeuvre par les Musées royaux des Beaux-Arts. Signe des temps : l’État rechigne à investir dans les musées (les collections permanentes sont fermées à cause de travaux qui s’éternisent) sauf s’ils sont rentables. On vend donc du Magritte comme de la poudre à lessiver.

Suivez-nous