Repenser la chaussée, faire revivre le bois : programme des ateliers

Repenser la chaussée, faire revivre le bois : programme des ateliers

La fermeture du bois de la Cambre à la circulation automobile, décidée par la Ville de Bruxelles, a suscité énormément de réactions, aussi bien pour saluer cette mesure que pour la décrier.
La question de la mobilité automobile, et des embarras de circulation qui allaient « forcément » découler de cette décision, occupe le cœur des débats. La récente décision de justice, qui contraint la Ville de Bruxelles à rouvrir le bois à la circulation automobile, ravive encore ceux-ci.

On en viendrait presque à oublier qu’on parle bien d’un parc, d’un lieu censé offrir calme et ressourcement aux personnes qui le fréquentent, d’un espace synonyme de verdure, de détente, de loisirs et de respect de la biodiversité. C’est pourquoi l’ARAU a clairement pris position en faveur de l’interdiction du trafic automobile, qui constitue une avancée importante pour les Bruxellois : amélioration de la qualité de l’air, diminution des nuisances sonores, élargissement de l’espace dédié aux mobilités actives, etc… Le bois de la Cambre est un parc, pas une autoroute !
Et si embarras de circulation il y a, c’est l’occasion de repenser la mobilité autour de cet espace vert, notamment sur la chaussée de Waterloo, autour de laquelle s’expriment les craintes des automobilistes et de leurs représentants, pour y développer une vision nouvelle de la mobilité sur les chaussées bruxelloises et plus généralement sur les « entrées de ville ».

L’ARAU organise ces jeudis 26/11/20 et 03/12/20 deux ateliers (sous forme de vidéoconférences) afin d’avancer des propositions pour un bois libéré de la voiture et une chaussée de Waterloo plus accueillante pour les piétons, cyclistes et usagers des transports en commun.
Il s’agira d’établir des diagnostics et de développer ces propositions en compagnie de représentants de comités de quartiers, du secteur associatif, mais aussi de chercheurs universitaires et de professionnels de la ville qui veulent faire avancer Bruxelles.

Atelier 1 : chaussée de Waterloo – 26/11/2020 (9h30-12h30)

Introduction

Traversant les communes de Saint-Gilles, d’Ixelles, de Bruxelles et d’Uccle, se prolongeant en Région flamande, il s’agit d’un axe historique d’importance interrégionale au travers duquel s’expriment un certain nombre de problématiques urbaines actuelles : pression automobile, manque d’infrastructure pour les usagers actifs, efficacité médiocre des transports en commun, déclin commercial sur certains tronçons, perte de lisibilité et de mixité dans les usages de l’axe, etc.

L’atelier sera l’occasion de réfléchir à ces questions, à la manière dont elles s’expriment sur la chaussée de Waterloo, et de formuler des hypothèses et des propositions d’aménagement destinées à redonner une urbanité à cet axe en prenant en compte ses liens avec le Bois, la ville-région et sa périphérie. Il s’agira notamment d’avancer un projet de retour du tram sur la chaussée, en site propre, pour :

  • Faire valoir une entrée de ville qualitative, autre qu’automobile ;
  • (re)Valoriser le tissu commercial de l’artère ;
  • Assurer une meilleure accessibilité aux équipements collectifs situés aux abords de la chaussée (écoles, centres sportifs, etc.) ;
  • Offrir de meilleurs accès au Bois de la Cambre, grâce à une ligne de transport en commun efficace, et ce pour tous les bruxellois.

Les questions liées à la logistique, aux trajets de navette, à la place des transports en commun et à celle des usagers actifs feront elles aussi l’objet d’une attention particulière. L’enjeu global est donc de redonner une nouvelle urbanité à l’artère et ces quatre objectifs seront débattus et affinés lors des ateliers.

Cet atelier permettra notamment d’approfondir la réflexion sur le partage de l’espace public des chaussées et sur l’efficacité des transports publics sur ces axes, sujets sur lesquels l’ARAU se spécialise depuis plusieurs mois.

Programme (sous réserve de modifications)

9h30

Début de l’atelier – mot d’introduction

9h35

Claire Pelgrims (Docteure en Urbanisme, Faculté d’Architecture – ULB)

Infrastructures de mobilité. Diachronie de l’articulation vitesse/lenteur et dépendances fonctionnelle, sensible et symbolique

10h10

Mathieu Strale (Chercheur en géographie – ULB)

Une approche intégrée de l’accessibilité en transport en commun du sud de la région bruxelloise

10h35

Peter Szatmari ou Patricia Duvieusart (GRACQ Uccle)

Chaussée de Waterloo, un axe cycliste incontournable à sécuriser

11h00

Roland Dussart-Desart

Un tramway chaussée de Waterloo : un passé et un avenir ?

11h25

Discussion – propositions

12h30

Fin de l’atelier

 

Atelier 2 : bois de la Cambre – 03/12/2020 (9h30-12h30)

Introduction

Ces derniers mois, la plupart des réactions suite à la fermeture du bois de la Cambre au trafic automobile ont montré que le sujet a été (et est toujours) presque exclusivement envisagé en termes de mobilité. Les autres usages du bois (récréatif, événementiel, etc.), mais aussi les questions de biodiversité, pourtant centrales quand il s’agit d’un espace vert, ont été très souvent absents du débat public. Or le bois de la Cambre est, dès son origine (1862), pensé comme un parc, destiné à accueillir les promeneurs, sportifs, familles, etc. Aujourd’hui, le contexte sanitaire démontre, plus que jamais, l’importance de ces espaces ouverts pour le bien-être (physique et mental) et la qualité de vie des Bruxellois.

L’atelier sera l’occasion de dépasser les seules questions de mobilité en réfléchissant aux différentes activités qu’accueille actuellement cet espace vert, et à sa surexploitation par certains types d’usages, potentiels sources de conflits et de nuisances (sonores, visuelles, de sécurité…). Une attention sera également portée sur la biodiversité qu’il abrite, sur sa place au sein du maillage vert bruxellois, et sur l’impact de ces usages sur cette biodiversité. Enfin, l’histoire du bois de la Cambre et de ses aménagements sera évoquée afin de recontextualiser les questions actuelles.

Programme (sous réserve de modifications)

9h30

Début de l’atelier – mot d’introduction

9h35

Christophe Loir (Professeur à l’ULB – CRéA-Patrimoine)

La mobilité dans et autour du Bois de la Cambre au 19e siècle

10h00

François Cibot (GRACQ Ixelles)

Bois de la Cambre, carrefour des mobilités douces

10h25

Tim Cassiers (BRAL)

« Effets-barrière » au bien-être au bois de la Cambre

10h50

François Glorie (ACQU)

Résumé et rappel des positions de l’ACQU

11h15

Amandine Tiberghien (Natagora)

Enjeux de biodiversité

11h40

Marie-Françoise Degembe

Enjeux de gestion et de coordination des usages au bois de la Cambre

12h00

Discussion – propositions

12h30

Fin de l’atelier