Dans le croissant pauvre, la Bruxellisation n’est pas que du passé ! Le patrimoine néoclassique toujours plus menacé.

Dans le croissant pauvre, la Bruxellisation n’est pas que du passé ! Le patrimoine néoclassique toujours plus menacé.

Place Masui et rue de la Pacification, ce sont respectivement cinq et quatre maisons néoclassiques qui sont actuellement menacées. Les opérations de démolition-reconstruction doivent rester l’exception, et la rénovation la règle, pas seulement dans le centre historique ! Les communes du croissant pauvre méritent aussi de conserver leur patrimoine néoclassique. L’ARAU demande à la Région de poser un geste fort en refusant de délivrer un permis à ces projets, qui vont à l’encontre de ses engagements en matière de patrimoine et d’environnement.

Dans une interview donnée en mars dernier au magazine Trends Tendance, Bety Waknine, Directrice générale de l’administration régionale de l’urbanisme (urban.brussels), affirmait que

 

Trop de bâtiments ont été démolis un peu trop rapidement par le passé, par facilité. Il est désormais important de se poser davantage la question de la rénovation […] Quant aux petits projets, nous encourageons encore plus les rénovations.

Force est de constater que si l’intention est louable, il existe un fossé – de taille – entre le discours et la pratique : les opérations de démolition-reconstruction semblent encore avoir de beaux jours devant elles. Les projets de la place Masui et de la rue de la Pacification en sont la preuve. Place Masui, c’est Sibelga qui est aux commandes : l’intercommunale (dont l’objet social n’a pourtant pas grand-chose à voir avec la promotion immobilière) envisage de raser cinq maisons pour y construire un immeuble de 22 logements ; rue de la Pacification, à l’initiative d’un particulier ce sont quatre maisons néoclassiques qui pourraient laisser place à un immeuble de 8 étages, comprenant 24 unités de logement. En d’autres termes, au lieu de réemployer les ressources existantes (les bâtiments sont en bon état), ces deux projets proposent tout simplement de tout jeter… pour refaire, peu ou prou, la même chose : une aberration !

L’immeuble de logements prévu place Masui (source : Construction d’un hall de stockage pour travaux d’intérêt collectif et d’un immeuble à appartements – Note explicative, ARIES, 2020).

Si l’ARAU a toujours ardemment défendu les projets de logement à Bruxelles, il ne peut que s’opposer à la démolition de bâtiments qui pourraient tout à fait, si nécessaire, faire l’objet d’une rénovation en bonne et due forme, permettant de proposer des logements de qualité. Partir de l’existant doit d’ailleurs être le mot d’ordre pour toute opération de ce type.

rue de la pacification
Le projet immobilier de la rue de la Pacification (source : Construction d’un immeuble de 24 unités de logement + salle polyvalente + 26 parkings en sous-sol – Plan Synthèse du projet, Architectenbureau CASTAR, 2020).

Sans rappeler le coût environnemental que représente la démolition d’un bâtiment et la reconstruction d’un autre (en termes de matériaux, de charroi, d’énergie, etc. ), démolir ces maisons présente aussi un coût patrimonial : le patrimoine néoclassique, pourtant emblématique de Bruxelles, mais mal connu, est à nouveau menacé. Dans les communes de première couronne, il s’agit du style architectural le plus représenté, mais cette omniprésence a malheureusement contribué à sa banalisation, banalisation qui met en danger la conservation de ce patrimoine néoclassique face à l’appétit de certains promoteurs. La préservation du patrimoine néoclassique est pourtant l’un des objectifs reconnus de la politique régionale. A cet égard, le PRDD ne manque pas de clarté :

 

En termes de patrimoine, s’il faut s’appuyer sur les outils existants, comme les biens classés patrimoine mondial de l’Unesco ou la protection légale, la Région doit également entreprendre des actions de promotion plus spécifiques, notamment autour de l’Art nouveau ou des quartiers néoclassiques […].

D’autant que Saint-Josse-ten-Noode, mais aussi l’extension nord de la Ville de Bruxelles, possèdent encore des ensembles néoclassiques remarquables et homogènes (à défaut d’être toujours bien entretenus). A l’heure actuelle, la place Masui présente par exemple un grand potentiel de cohérence stylistique. Rue de la Pacification, les maisons concernées constituent les derniers témoins du passé néoclassique de l’artère, mais font partie d’un quartier qui, dans l’ensemble, présente encore une grande cohérence architecturale et urbanistique. La construction de ces deux immeubles de logement constituerait donc une rupture dans des paysages urbains potentiellement très cohérents, mais aussi une perte pour le patrimoine néoclassique bruxellois.

Les maisons menacées de démolition, place Masui et rue de la Pacification (source : Streetview sur Google.maps)

L’ARAU dénonce aussi le mépris dont font preuve certains promoteurs vis-à-vis du patrimoine des communes du croissant pauvre, lorsqu’ils y proposent des projets. Hors du Pentagone, et encore plus dans des quartiers où la population est moins outillée pour s’opposer aux projets qui menacent ce patrimoine, ils imaginent sans doute que les projets de démolition rencontreront moins d’oppositions et que ceux-ci sont plus « acceptables ». Un manque de scrupules qui doit être combattu par la Région, qui doit éviter tout traitement « différencié » du patrimoine, entre les quartiers « carte postale » et les autres, tant pour des raisons patrimoniales qu’environnementales.

L’ARAU défendra ces positions lors des prochaines commissions de concertation et demande à la Région de cadrer avec ses déclarations en refusant de délivrer les permis pour ces deux projets. La rénovation doit toujours être envisagée comme premier choix et les démolitions-reconstructions doivent devenir l’exception. L’ARAU demande que ce patrimoine soit mieux étudié et pris en compte lors de la conception des projets immobiliers et ce, quelle que soit la commune ou le promoteur concerné : il ne devrait pas y avoir de différence de traitement, mais une ligne de conduite et de décision claire !