Les Marolles : la voix du logement modeste

Si les Marolles constituent l’ancrage historique et symbolique des luttes urbaines bruxelloises, elles renvoient aussi à l’histoire de l’ARAU et à un personnage emblématique, protagoniste de ces luttes, le curé des Marolles, Jacques Van der Biest (un des fondateurs de l’association). |Prochaines visites publiques : 08/05 & 21/08|

Organiser cette visite pour un groupe
DSC02269-scaled.jpg

Si les Marolles constituent l’ancrage historique et symbolique des luttes urbaines bruxelloises, elles renvoient aussi à l’histoire de l’ARAU et à un personnage emblématique, protagoniste de ces luttes, le curé des Marolles, Jacques Van der Biest (un des fondateurs de l’association).

La bataille des Marolles est une histoire populaire, avec une fin heureuse : celle du maintien du logement et des habitants modestes dans un quartier central qui a réussi à vaincre la promotion immobilière et les velléités publiques d’assainissement. Mais l’Histoire n’est jamais vraiment terminée et toujours un peu plus complexe !

Ce quartier populaire et commerçant a historiquement fait place à des programmes d’embellissement et opérations hygiénistes et a accueilli depuis le début du 20e siècle divers équipements et ensembles de logements sociaux remarquables. Ces derniers, de la composition Art nouveau de la Cité sociale Hellemans (1915) au complexe des Minimes, en contrebas de l’imposant Palais de Justice, recouvrent des typologies très différentes. Aujourd’hui ce sont également les barres de logements datant des années 1970-80 qui font l’objet de rénovation, avec des enjeux de meilleure intégration dans le tissu urbain ainsi que d’adaptation aux exigences de confort et de performance énergétique.

En outre, les politiques de revitalisation sont toujours d’actualité et divisent, quant à la destination des usages de l’espace, et des denier, publics ! Habitants, comité et associations n’on cessé de faire entendre leur voix pour que les projets publics et privés rencontrent les besoins des habitants et respectent l’identité du quartier.

Image © visit.brussels – Jean-Paul Remy