Logement ouvrier et cités-jardins aux confins de Molenbeek

14.05.22 > 15.10.22

Je souhaite réserver une visite

Effacer

Dès le début du 19e siècle, la chaussée de Gand, à Molenbeek-Saint-Jean, voit s’établir sur ses abords une foule d’usines, manufactures, petites fabriques et ateliers. Pas étonnant que s’y développent, peu de temps après, plusieurs ensembles de logements destinés aux ouvriers, qui vivent alors dans des conditions misérables.

Organiser cette visite pour un groupe
20220330_141316-scaled.jpg

Dès le début du 19e siècle, la chaussée de Gand, à Molenbeek-Saint-Jean, voit s’établir sur ses abords une foule d’usines, manufactures, petites fabriques et ateliers. Pas étonnant que s’y développent, peu de temps après, plusieurs ensembles de logements destinés aux ouvriers, qui vivent alors dans des conditions misérables. En 1899, dans un contexte de fortes revendications de la classe laborieuse, Molenbeek est d’ailleurs la seconde commune bruxelloise à mettre en place une société de logement public, juste après Schaerbeek. Nommée aujourd’hui « Logement Molenbeekois », elle est à l’origine, dans l’entre-deux-guerres, de plusieurs cités-jardins aux noms évocateurs : cité du Lierre, Gulden-Bodem, Accord-Mélodie, Nogent, Diongre ou encore de Saulnier…

En passant en revue l’évolution des typologies et des styles de logement social à Bruxelles, des premières cités ouvrières aux ensembles modernistes, en passant évidemment par les cités-jardins, cette visite sera aussi l’occasion de se plonger dans l’histoire des revendications sociales en matière de logement décent à Bruxelles, depuis le 19e siècle.

Attention, le lieu de retour de cette visite est assez éloigné du lieu de départ (fin du côté de la rue des Béguines à Molenbeek)

Durée : 2h30

Lieu de départ : Au centre de la place Henri De Smet, 1070 Anderlecht