ECUM — 46e École urbaine du 23 au 27 mars 2015

La Communauté métropolitaine : piège ou opportunité pour Bruxelles ?

A l’occasion de la 6e Réforme de l’État, les Régions se sont vues dotées de nouvelles compétences. Concomitamment, est institué le cadre légal d’une « communauté métropolitaine ». Celle-ci englobe le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale et toutes les autres communes des deux  Brabant, l’ensemble fonctionnant, du point de vue socio-économique, comme une métropole.

"Métropole", le mot est lancé. Mais que recouvre-t-il ? La « métropole » est une agglomération fonctionnelle, qui déborde de la ville administrative sur son hinterland : l’exode urbain des classes moyennes et supérieures alimente cet étalement depuis l’après-guerre. C’est ainsi que les géographes invitent depuis deux décennies à considérer, non pas Bruxelles en tant que Région de 160 km² peuplée aujourd’hui de près de 1.200.000 habitants mais bien, selon les définitions, jusqu’à une « zone RER » d’une soixantaine de communes et près de 2,5 millions d’habitants. Il s’agit d’un constat de nature socio-économique.

La question, pour l’ARAU, est d’évaluer si la Communauté métropolitaine est susceptible de constituer le véhicule d’une coopération vertueuse sans perte d’autonomie (vu le rapport de force) pour la Région de Bruxelles-Capitale  et de qualité de vie pour tous les habitants. Autrement dit, peut-elle forcer à un projet collectif positif ou bien ne fera-t-elle que réduire les obstacles à l’exercice des tendances lourdes qui ont suscité la création même de la Région : tutelle paralysante, projet de ville ouvert sans conditions à la tertiarisation, à la délocalisation de l’économie, à une mobilité individuelle incontrôlée, sacrifice du tissu urbain et du patrimoine au nom des infrastructures, de la création d’emplois et du rendement économique, obsession communautaire ? Certaines attitudes de l’État et de ses satellites à Bruxelles interpellent. L’aval donné par la Région à l’élargissement du Ring en échange d’un stade national va-t-il dans la bonne direction ?

La Communauté urbaine peut-elle rompre avec ces approches périmées et s’inscrire dans un projet supra-territorial concerté de qualité de vie, de transfert modal à court terme vers des transports publics renforcés, de répartition pertinente des lotissements mixtes socialement, d’économie d’énergies, de réduction des émissions et des pollutions, de préservation des zones vertes et couloirs écologiques, de soutien aux populations fragilisées , de développement d’emplois et, last but not least, d’une fiscalité à la fois plus verte, plus sociale  et génératrice d’emplois durables ?

Quelles sont les conditions du fonctionnement  de la Communauté métropolitaine? Les partenaires sont-ils sur pied d’égalité ? 120 mandataires feront-ils mieux que 19 ? Bruxelles est-elle susceptible d’exercer un leadership accepté ? Le Plan Régional de Développement durable indique que « la Région doit définir ses objectifs et identifier des projets concrets qui guideront  sa position dans les négociations avec les autres Régions ». Quid ? Des « spécialisations territorialisées » ont été définies, en matière de transport multimodal, d’économie de la connaissance, de santé, d’activités créatives et des initiatives sont prises, en particulier en matière de mobilité des travailleurs. La Flandre a pris une initiative ouverte : Noordrand/périphérie Nord qui s’appuie sur la réflexion de certains des bureaux d’études ayant contribué à l’élaboration de la Vision 2040.

Alors, comment coopérer au-delà des divergences ? Comment seront opérés les arbitrages ? Traditionnellement perçu comme problème, la grande ville peut-elle être la solution ?

Programme

23 mars 2015 20h

Genèse du concept de communauté urbaine à la belge

Jean-Paul Nassaux

CRISP

24 mars 2015 20h

Comment coopérer entre entités territoriales potentiellement concurrentes ?

Paul Vermeylen

Architecte-urbaniste, expert en management public

25 mars 2015 20h

La communauté métropolitaine du point de vue de la Région de Bruxelles-Capitale

Noé Martens

Conseiller juridique au Cabinet du Ministre-Président Rudi Vervoort

25 mars 2015 21h

La Brussels Metropolitan Region (BMR) / la vision du patronat

Alain Deneef

Intendant de la BMR

26 mars 2015 20h

Le groupement européen de coopération territoriale Lille-Kortrijk-Tournai

Stef Vande Meulebrouck

Directeur général de l’Agence de l’Eurométropole à Coutrai

27 mars 2015

L’initiative Noordrand/Périphérie nord et le PDT (Programme de Développement Territorial)

Wiet Vandaele

Project manager

Ecole urbaine

Destinée à mener une réflexion et une recherche orientées vers l’action à long terme, l’École urbaine est un colloque annuel qui se déroule au mois de mars au cours de cinq soirées

Infos pratiques

Du lundi 23 au vendredi 27 mars 2015
De 20H00 à 22H30 (accueil à 19h45)

Où ?
Sleep Well Youth Hotel - Salle Schuman
23, rue du Damier
B-1000 Bruxelles

Accès : stations De Brouckère ou Rogier

Prix (boissons incluses)
6 € la séance ou 24 € pour l’ensemble du cycle.

Pour les membres cotisants de l’ARAU, les ayants droit sociaux et les étudiants :
3 € la séance ou 12 € pour l’ensemble du cycle.

Informations et inscriptions
info@arau.org
Tél. : + 32 (0)2 219 33 45

Ecole Urbaine en archives