Espace Public — Publié le 2 juin 2015

Match truqué à la Ville de Bruxelles : voitures dopées, bus hors-jeu

Le nouveau plan de circulation pour le Pentagone dégrade la desserte en surface dans le centre-ville

Les transports en commun de surface, et plus particulièrement les bus, permettent une desserte fine du territoire en donnant aux différents quartiers de la Région un accès direct à l’hyper-centre (De Brouckère-Bourse), ce qui constitue un avantage non négligeable pour les usagers.

Rendre ces transports plus efficaces, plus « compétitifs », permettrait de contribuer à un report modal de l’automobile vers les modes de déplacement durables (marche, vélo, transports publics). Les Bruxellois seraient donc en droit d’attendre du nouveau plan de circulation de la Ville qu’il s’attache à résoudre les problèmes rencontrés sur le réseau et, d’une manière plus générale, qu’il octroie une priorité élevée aux transports en commun afin d’améliorer le service aux usagers. Pourtant, les projets de la Ville ne prennent pas cette direction…

En effet, le nouveau plan de circulation, outre qu'il ne répond pas aux problèmes existants, en rajoute d'autres en projetant :

  • la suppression de bandes bus ;
  • la limitation de l’accès de plusieurs lignes de la STIB et de De Lijn à l’hyper-centre.

Ce faisant, le plan de circulation de la Ville entre en contradiction avec la législation et les objectifs régionaux en matière de mobilité, de même qu’il ignore totalement les préoccupations des usagers de la STIB. Les choses sont faites à l’envers en donnant la priorité à la circulation automobile au détriment des usagers des transports en commun...

La Ville de Bruxelles a pour ambition de profondément transformer le cœur de la ville. Malheureusement, ses projets en matière de mobilité ne répondent pas aux attentes des Bruxellois qui veulent vivre dans une ville libérée d’une pression automobile source de multiples nuisances. Les plans de la Ville auraient également pour conséquence de réduire la capacité d’accès au centre-ville de nombreux usagers des transports publics alors que, dans le même temps, l’accès en automobile serait favorisé depuis les quatre coins de la Belgique…

La Ville de Bruxelles dispose des moyens nécessaires pour développer une mobilité plus durable et ainsi offrir aux habitants un cadre de vie plus paisible. Il ne tient qu’à elle de les mettre en œuvre. La phase test du plan de circulation débutera dans quelques semaines : elle doit être l’opportunité pour les autorités de revoir leur projet et de modifier leurs plans pour que Bruxelles opère, effectivement, un changement de cap.

Articles connexes